INSTITUT FRANÇOIS BOCQUET - www.performances.fr

5 conseils pour manager son manager stressé (sans prise de tête)

Certains managers ont du mal à canaliser leur stress et ont ainsi la fâcheuse tendance à communiquer leur anxiété à l’équipe, l’entraînant alors dans une spirale négative. L’équipe doit alors savoir réagir, pour limiter les pertes de productivité et surtout les conflits éventuels que le stress ne peut manquer de provoquer… Voici 5 conseils pour gérer son manager quand il résiste mal au stress :

N1mNe vous dites surtout pas : c’est mon responsable, je vois pas pourquoi ce serait à moi de lui apprendre à travailler ! Chaque personne a droit à la bienveillance, et un manager peut apprendre de son équipe autant qu’il doit la faire progresser. Être proactif vous permettra aussi de moins subir la pression, en étant dans l’action plutôt que dans l’attente passive. Dites vous que c’est pour le bien de tous.

N1m(Re)définissez les “règles du jeu”. Demandez à votre responsable ce qu’il attend de vous, et dites-lui en retour ce que vous attendez de lui (pendant l’entretien annuel, ou avant si besoin) : soutien managérial, bonne communication. Expliquez lui votre mode de fonctionnement, et décrivez ce que vous ressentez quand vous le voyez stressé.

N1mApprenez-lui à déléguer, en posant les bonnes questions et en étant structuré. Souvent un manager stressé à tendance à “fliquer” quand il délègue, à vérifier 20 fois si ça avance bien. Formaliser par écrits le processus, les résultats attendus, les moyens, et surtout négocier la fréquence des échéances de contrôle à l’avance vous permettra de gérer la délégation plus sereinement.

N1mVotre manager a visiblement besoin d’être rassuré. Le mieux est de négocier avec lui une marge de manœuvre (votre autonomie) et d’assurer un reporting régulier de vos activités (toutes les semaines par exemple), pour lui montrer comment vous avez avancé sur tel ou tel projet. Un cadre clair et des échéances régulières lui permettront de se détendre plus facilement.

N1mQuand vous devez lui parler de quelque chose de délicat (un changement par exemple, une demande particulière), faites le en deux temps, pour lui laisser le temps de réfléchir et d’assimiler ce que vous lui avez dit. Envoyez-lui un mail avec votre demande, terminez le en demandant “qu’en pensez-vous ?” et proposez un RDV le lendemain, après réflexion. Il vous saura certainement gré de ne pas le forcer à prendre une décision immédiate.

Mini-exercice-bleu

Dans leurs travaux menés dans les années 1960, les anthropologues Kluckhohn et Strodtbeck ont déterminé trois manières d’envisager les rapports d’un individu à autrui, notamment en entreprise : la logique de domination, la logique de coopération et la logique de compétition.
D’après vous, quelle est la logique majoritaire dans les entreprises 1) en France, 2) en Allemagne et 3) aux USA ?

 

Publié dans Astuces et conseils en gestion de conflits