INSTITUT FRANÇOIS BOCQUET - www.performances.fr

4 conseils pour travailler avec un collègue “paranoïaque”

photo-gestion-conflit-n4

La personne “paranoïaque”, c’est celle qui pense toujours avoir raison (les autres ont donc, selon elle, systématiquement tort !). Elle est vindicative, méfiante en général, se sent facilement attaquée et a toujours peur qu’on la manipule ou qu’on la court-circuite.
C’est l’un(e) de vos collègues ? Alors suivez ces quelques conseils :

N1mÉvitez d’utiliser l’humour avec cet individu, car le sien est en général assez… particulier. C’est quelqu’un de très sérieux, qui n’a pas vraiment d’auto-dérision, et qui se méfie de tout ce qui peut sembler à double sens. Et comme il part du principe, comme Sartre, que “ L’enfer, c’est les autres”… Restez professionnel et premier degré.

N1mRappelez-vous que même avec des intentions positives, vos actions peuvent avoir un impact négatif. Avec le paranoïaque, il ne faut pas passer sa vie à se justifier, mais expliquer clairement ce que vous faites, pourquoi vous le faites et comment.
Et mettez un point d’honneur à éclaircir les malentendus en face à face (si vous sentez un changement d’attitude de sa part).

N1mNe l’évitez pas. En effet, c’est typiquement l’individu que l’on essaie d’éviter à la pause café, mais c’est une erreur d’agir ainsi.
Sans non plus lui taper dans le dos à chaque rencontre (il déteste la familiarité), évitez la mise à l’écart systématique car si le paranoïaque est parfois difficile à supporter en tant qu’ami, il l’est bien plus en tant qu’ennemi !

N1mSollicitez son point de vue le plus souvent possible. Il a besoin de sentir qu’il peut s’exprimer, que son point de vue est écouté.
D’ailleurs, s’il ne se sent pas suffisamment entendu, il essaiera de s’imposer, ou s’opposera à toute décision purement et simplement. Et puis il peut aussi avoir d’excellentes idées à mettre en place !

Mini-exercice-bleu

Clarisse et Anna sont deux collègues qui ont passé le week-end ensemble et qui en parlent en riant, le lundi matin, devant la machine à café. Au même moment, Lucien (le collègue que tout le monde a identifié comme “légèrement parano”) passe devant elles. En le voyant arriver, Clarisse et Anna, se mettent à parler à voix basse et pouffent dans leur coin en se remémorant leurs aventures du week-end…

Un peu plus tard, Clarisse s’aperçoit que Lucien a “sa tête des mauvais jours”. Elle a même la nette impression qu’il lui en veut… mais de quoi ? Comme elle souhaite s’expliquer avant que la situation ne s’envenime, elle va le voir et lui dit : “Ça va Lucien ? Tu fais la tête ? Tu sais, tu peux me le dire si tu as un problème avec moi…”. Là-dessus, Lucien lui dit : “Tu n’es pas gonflée, ce n’est pas moi qui me moque des autres dans leur dos…”

D’après vous, que s’est-il passé pour que Lucien réagisse ainsi ?

Publié dans Astuces et conseils en gestion de conflits