INSTITUT FRANÇOIS BOCQUET - www.performances.fr

6 conseils pour refuser une promotion… sans vous “griller” !

Et voilà, vous vous en doutiez… Vous êtes pressenti(e) pour une promotion, et occuper ce nouveau poste, apparemment plus prestigieux… Mais cela ne vous arrange pas du tout, pour diverses raisons. Vous aimeriez bien refuser cette promotion, mais sans vous “griller” auprès de la direction ! Alors comment faire ?

N1mSoyez clair et précis sur vos souhaits dès le début. Si, par exemple, vous avez, lors de vos EAP, insisté sur votre désir d’évoluer, mais que vous refusez cette évolution quand elle arrive, vous risquez de ne plus être pris au sérieux. Précisez donc le type de progression que vous souhaitez, afin de ne pas vous retrouver à devoir accepter un poste de manager à contre-cœur, alors que vous souhaitez seulement vous spécialiser.

N1mNe dites pas “non” immédiatement… Ou trop longtemps après la proposition. Demandez un délai de réflexion de 48h, afin de pouvoir vous poser et analyser les risques, les difficultés, les opportunités… Faites un point sur ce qui vous gêne réellement sur le nouveau poste, et réfléchissez à la façon dont vous pourriez éventuellement l’adapter selon vos besoins.

N1mNe posez pas d’ultimatum, ne faites pas de chantage, concernant le salaire ou les avantages en nature notamment (“10% de plus ou rien !”). Demander une chose impossible afin de ne pas être promu est une méthode éprouvée… pour ne plus jamais progresser ! Cela vous fera passer pour un mercenaire seulement intéressé par l’argent ou le prestige, ce qui vous “grillera” définitivement.

N1mNe refusez pas une promotion deux fois ! Refuser une fois pour des raisons claires et irréfutables peut être acceptable pour votre hiérarchie. Mais refuser deux fois… C’est clairement impossible ! Pour éviter cela, après votre premier refus, prenez l’initiative de communiquer clairement et précisément vos souhaits d’évolution.

Mini-exercice-bleu

Lisez les phrases ci-dessous et réfléchissez  : en quoi sont-elles maladroites selon vous ? Comment les reformuleriez-vous afin de les rendre plus facilement “audibles” pour votre direction ?

1) “Le manager de ce département est odieux, j’en ai déjà entendu parler. Je ne vais pas arrêter de me prendre la tête avec lui et ça va mal finir. Je préfère refuser”.

2) “Je n’ai pas envie de passer mon temps en réunion, à gérer des reportings, des congés ni à arbitrer les conflits”.

3) “Je ne me sens pas à la hauteur, je ne supporterai pas le stress de l’avalanche des dossiers, les humeurs des uns et des autres”.

4) “Je n’ai jamais changé de région ou de pays, cela va être très compliqué de chambouler toutes nos habitudes à la maison”.

Publié dans Astuces et conseils en Développement personnel, Fiches à la Une