INSTITUT FRANÇOIS BOCQUET - www.performances.fr

>> Résultats Micro-coaching “4 astuces pour prendre de bonnes décisions”

1) L’effet de Halo

L’effet de halo se produit quand la perception d’une personne ou d’un groupe est influencée par l’opinion que l’on a préalablement pour l’une de ses caractéristiques. Par exemple, si vous pensez qu’une personne est belle, vous aurez tendance aussi à la considérer comme intelligente et digne de confiance (et donc à écouter ses conseils plus facilement, même s’ils sont mauvais). Un autre exemple  de l’effet de Halo est le fait que la plupart des gens célèbres sont aussi jugés plus séduisants… (alors qu’ils sont considérés comme “normalement séduisants”  par ceux qui ne sont pas au courant de leur célébrité…).

2) Le biais d’autocomplaisance

Le biais d’autocomplaisance est la tendance à s’attribuer le mérite de ses réussites et à attribuer ses échecs à des facteurs extérieurs défavorables. Il s’applique particulièrement aux personnes ayant une bonne confiance (voire une confiance excessive mais instable) en elles.

3) L’erreur fondamentale d’attribution

L’erreur fondamentale d’attribution est la tendance à surestimer les facteurs personnels (tels que la personnalité) pour expliquer le comportement d’autres personnes et à sous-estimer les facteurs conjoncturels. Ainsi, si vous vous mettez en colère, c’est que vous avez passé une mauvaise journée. En revanche, si votre patron se met en colère, c’est qu’il est colérique et hargneux. A ne pas confondre, donc, avec la mauvaise foi…

4) Le biais de négativité

Le biais de négativité est la tendance à donner plus de poids aux expériences négatives qu’aux expériences positives et à s’en souvenir davantage. C’est donc le biais cognitif favori des grands anxieux et des pessimistes de tout poil. Il provoque l’inhibition et la prise minimale de risque…

5) Le biais d’omission

Le biais d’omission consiste à considérer que causer éventuellement un tort par une action est pire que causer un tort par l’inaction. Ainsi, le biais d’omission pourrait contribuer à expliquer que, dans l’incertitude, certains choisiront de refuser la vaccination pour leurs enfants.

Ce micro-coaching vous a plu ? L’Institut François Bocquet vous conseille :