INSTITUT FRANÇOIS BOCQUET - www.performances.fr

>> Résultats Micro-coaching 5 conseils pour gérer un conflit entre deux collaborateurs

1/ En voiture, vous tardez à démarrer au feu vert. Le conducteur de derrière vous insulte. Vous lui répondez par un geste très vulgaire.

>> Coups symétriques : je suis agressé donc j’agresse l’autre.

2/ Votre collègue se moque de vous devant témoins à la machine à café. Vous ne dites rien pour ne pas envenimer la situation.

>> Coups complémentaires : je me fais agresser, mais je ne fais rien en retour. Attention : une escalade symétrique peut faire autant de dégâts qu’une escalade complémentaire : en effet, si vous continuez à ne rien dire à ce collègue, il risque de continuer à vous persécuter…

3/ Je décide de me rebiffer face à mon chef qui me harcèle.

>> Coups symétriques : jusqu’ici, j’étais dans l’escalade complémentaire (je ne dis rien face à mon chef qui me harcèle). Je décide donc de changer mon jeu face à mon chef qui me harcèle, et d’introduire des coups symétriques. Mon chef sera obligé de prendre en compte ce changement de jeu…

4/ Je ne dis rien à mon supérieur hiérarchique des informations sensibles en ma possession car il a aussi tendance à ne pas m’informer.

>> Coups symétriques : je considère que l’autre ne me dit rien, donc je ne dis rien non plus.

Ce qui est remarquable avec les coups symétriques ou complémentaires, c’est que leur escalade peut être sans fin (que les coups soient positifs – comme le fait de faire un compliment qui nous sera retourné – ou négatifs – comme le fait d’être désagréable avec quelqu’un-). Pour stopper l’escalade, il est nécessaire que l’une des deux personnes change la nature de son coup : encore une fois, l’autre devra forcément le prendre en compte puisqu’elle ne pourra pas réagir de la même façon face à un coup différent.

On peut également, pour mettre fin à l’escalade, faire intervenir un tiers (comme c’est le cas quand le manager intervient dans un conflit). C’est une solution risquée puisqu’on augmente le nombre de protagonistes, mais quelquefois nécessaire quand on ne voit plus d’issue.

Ce micro-coaching vous a plu ? L’Institut François Bocquet vous conseille :