INSTITUT FRANÇOIS BOCQUET - www.performances.fr

>> Résultats Micro-coaching 6 conseils pour recadrer un collaborateur sans le démotiver

1/ J’imagine que tu n’as rien à dire sur ce comportement ? Que tu trouves ça normal ?

>> Les phrases interrogatives négatives ne sont jamais les plus efficaces dans les cas de recadrages, puisqu’elles ressemblent en général à de l’ironie assez cinglante, ce qui est très maladroit. De plus, ici, le manager anticipe la réaction ou les propos de son interlocuteur de manière infantilisante et blessante : on a l’impression que le collaborateur n’est pas un adulte mais un adolescent qui a fait le mur…

2/ Cela fait trois fois cette semaine que je te vois arriver en retard d’au moins 15 minutes.

>> Cette phrase convient tout à fait : les faits sont dits de façon neutre, et sont de plus très précis.

3/ J’ai l’impression que vous n’écoutez pas ce que je vous dis.

>> Le manager interprète ici l’attitude de son collaborateur, ce qui n’est pas la meilleure chose à faire : il ne reste pas sur les faits ! De manière générale, évitez les «  j’ai l’impression que tu/vous  », qui sont finalement des projections de ce que vous pensez, mais qui peuvent ne pas correspondre du tout à la réalité.

4/ Bien, maintenant qu’on s’est mis d’accord sur les faits, j’aimerais avoir votre opinion sur la meilleure façon de recoller les morceaux avec ce client…

>> Pas de problème pour cette phrase. Apparemment les faits ont été décrits et sont acceptés par les deux parties, et le manager propose à son collaborateur de réfléchir à la meilleure manière de rattraper le client qu’on imagine mécontent.

5/ Quand je vois tout ce que j’ai fait pour toi, cela m’énerve prodigieusement de devoir te dire ça !

>> Le manager utilise ici une tournure de “sauveur” (“quand je vois tout ce que j’ai fait pour toi”), qui n’est pas nécessaire ici, et qui se trouve même être culpabilisante pour le collaborateur (c’est une sorte de chantage affectif assez grossier). C’est de plus une expression assez déplacée dans le cadre du travail : l’autre pourrait répondre par exemple “Arrête de me culpabiliser, tu n’as fait que ton travail !”.

Ce micro-coaching vous a plu ? L’Institut François Bocquet vous conseille :