INSTITUT FRANÇOIS BOCQUET - www.performances.fr

>> Résultats Micro-coaching ”Les 4 secrets de la communication non-violente”

1) Qu’il fait froid ici !
2) J’ai froid ici.

La phrase qui n’est pas un jugement est la n°2. En effet, personne ne peut nier que vous ayez froid : c’est un fait, qui ne concerne que vous, mais c’est un fait indéniable. En revanche, si vous dites la phrase n°1 devant un Lapon, votre interlocuteur pourra vous contredire en disant “Non, moi ça va !”… La phrase n°1 est donc plus une opinion personnelle qu’un fait.

3) C’est un très bon manager.
4) Il a animé la réunion en faisant en sorte qu’il n’y ait aucun débordement et en plus on l’a terminée à l’heure.

La phrase qui ne contient aucun jugement est la phrase n°4. En effet, dans la phrase n°3, la personne porte un jugement sur le manager en question, même si ce jugement est positif (et dans ce cas-là évidemment, cela pose moins de problème !). Toujours est-il que ce jugement positif reste une opinion personnelle. Alors que dans la phrase n°4, ce sont des faits qui sont énoncés, de façon précise et claire.

5) J’ai des difficultés à lui faire confiance : cela fait plusieurs fois qu’il ne répond pas à mes attentes.
6) Il n’est pas fiable.

La phrase qui ne contient pas de jugement est la phrase n°5. En effet, dans la phrase n°6, un jugement négatif est porté sur la globalité de la personne : cela peut provoquer de l’agressivité en retour. En revanche, dans la phrase n°5, la personne dit “je”, et explique la situation de façon neutre et précise.

7) Cette semaine il est arrivé trois fois en retard.
8) Il est toujours en retard.

La phrase qui ne contient aucun jugement est la phrase n°7. La situation est seulement décrite de façon neutre. En revanche, dans la phrase n°8, le jugement prend la forme d’une généralisation abusive et qui peut largement être dénoncée.

Ce micro-coaching vous a plu ? L’Institut François Bocquet vous conseille :